Le pêle-mêle des Nanars : épisode 1

Posted on mai 22, 2010

0


Avec une carte illimitée cinéma, c’est le principe, on va souvent au cinéma. On s’autorise à aller voir des films que l’on ne serait pas allés voir s’il fallait payer plein tarif. Forcément, on peut avoir plusieurs surprises. La bonne : le film a l’air correct, sans plus, et il se révèle en fait génial. La mauvaise : la daube, le flop, l’échec, voire -et là c’est exceptionnel : le nanar. Bon, les vrais bons nanars ne datent pas forcément d’hier, donc avec un peu de chance, on peut tomber dessus à la télé ou les trouver en DVD. Pourquoi se faire un nanar? Déjà, on n’est jamais déçu : c’est mauvais, on le sait, on en rit. Ensuite, le nanar promet des répliques cultes, nullissimes, de celles qu’on n’oublie pas. Enfin, il est toujours bon de rappeler que même les meilleurs acteurs se sont parfois laissés aller. Nul n’est parfait, c’est le message des nanars.
Je vous propose de redécouvrir en plusieurs épisodes les meilleurs nanars d’hier et d’aujourd’hui.
Pour commencer j’attaque les films français récents, dans la catégorie : « ça devait être drôle, c’était pathétique » :

Un des pires films de 2009 : Safari.
Kad Merad joue les guides amateurs dans la brousse, avec une bande de touristes plus catastrophiques les uns que les autres.
Le Best : les Hakuna Matata toutes les deux minutes ; Frédérique Bel qui repousse les limites du grand n’importe quoi ; la scène où ils finissent tous à poil attachés autour d’une marmite.
Ce qui rattrape un peu : La présence d’Omar Sy

Le bien nommé Double Zéro
Même si on aimé la Tour Montparnasse infernale, on ne peut cautionner ce film navrant ou Eric et Ramzy sont à pleurer (mais pas de rire).
Le Best : le scénario écrit par un mec qui voulait faire une blague ; la venue d’Edouard Baer qui a du passer par là et voir de la lumière ; les lapins diaboliques
Ce qui rattrape un peu : quelques mimiques d’Eric. Et encore. Pour les amateurs de ce type de nanar, on peut prolonger l’expérience avec « Seuls Two ».


Le gros budget qui ne sert à rien : Astérix au jeux Olympiques

On avait adoré celui réalisé par Chabat, on sentait que le suivant serait moins réussi, mais on ne s’attendait pas à tomber sur un si grand nanar.
Le Best : Alain Delon en Jules César ; la brochette de stars qui semblent avoir fait le pari de gagner la palme de la plus mauvaise interprétation ; Francis « Lalanix »
Ce qui rattrape un peu : quelques répliques de Franc Dubosc, pour les amateurs

Un nanar devenu grand classique : les Bronzés 3
Pas besoin de le présenter, c’est culte. Rien que le titre complet est une blague : les Bronzés 3, amis pour la vie
Le Best : le package faux seins de Marie-Anne Chazel + perruque de Michel Blanc + chien ridicule de Josiane
Ce qui rattrape un peu
: la nostalgie des originaux


ET pour finir THE nanar que je suis dégoûtée d’avoir loupé dernièrement : CINEMAN


Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités
Posted in: Séance ciné